e-patrimoines

Programme détaillé

Mot d’introduction - Pierre BAILLET, Secrétaire permanent de l’Association internationale des maires francophones (AIMF)

La démarche d’Inventaire général, une connaissance préalable à usages multiples

1 Quel périmètre et quelles ambitions pour l’inventaire général du patrimoine culturel à la française ? Christian TRÉZIN, Inspecteur général des patrimoines, collège Inventaire, Direction générale des patrimoines (DGP), Ministère de la culture et de la communication L’Inventaire général du patrimoine culturel développé en France depuis 1964 présente un exemple éprouvé d’organisation de la connaissance du patrimoine matériel, bâti ou mobilier. Il intègre un ensemble d’outils méthodologiques constituant un protocole d’approche scientifique et vise à la diffusion des résultats à tous les publics.

2 Un inventaire général et ses usages : protections, aides à la décision, valorisations - Philippe VERGAIN, chef de la Mission Inventaire général du patrimoine culturel (MIGPC), Direction générale des patrimoines (DGP), Ministère de la culture et de la communication Au-delà de l’acquisition de connaissances et de l’invention du patrimoine comme suite à des opérations d’inventaire général du patrimoine culturel, les travaux engagés contribuent à caractériser des territoires et à retracer des évolutions. Ces données sont ensuite mises à la disposition du plus grand nombre pour contribuer aux politiques de protection, de mises en valeur y compris scientifiques mais aussi à l’aide à la décision en matière d’aménagement durable des territoires.

3 L’inventaire dans la communauté européenne : une Recommandation et des pratiques - Philippe VERGAIN, chef de la Mission Inventaire général du patrimoine culturel (MIGPC), Direction générale des patrimoines (DGP), Ministère de la culture et de la communication L’exemple français n’est pas unique, il a été inspiré et il a lui-même inspiré d’autres approches similaires qui ont permis de proposer une grille commune européenne qui sera ici illustrée. A l’exception des inventaires de musées qui ont un sens bien particulier, d’autres inventaires sont mis en oeuvre qui seront ici présentés . Ils peuvent concerner un patrimoine immatériel mais aussi le patrimoine archéologique enfoui ou en élévation mais invisible sans analyses. Ces travaux réalisés par des spécialistes d’autres sciences sociales ou humaines contribuent aussi à une meilleure compréhension des territoires.

4 L’approche du bâti : du territoire à l’édifice, les grands nombres, les divers territoires (exemples) - Jean DAVOIGNEAU, chargé de mission, Mission Inventaire général du patrimoine culturel (MIGPC), Direction générale des patrimoines (DGP), Ministère de la culture et de la communication La monographie d’architecture constitue l’outil essentiel pour l’étude du bâti à l’Inventaire général du patrimoine culturel. Après avoir présenté cet outil des description, l’intervention montrera également que l’on peut suivre ce modèle pour étudier une “ famille d’œuvres ” ou un réseau.

5 L’approche des objets mobiliers « in situ » (hors collections publiques) et des exemples... Isabelle DUHAU, Conservateur du patrimoine, Mission Inventaire général du patrimoine culturel (MIGPC), Direction générale des patrimoines (DGP), Ministère de la culture et de la communication Les grands principes de l’Inventaire général et les spécificités de l’étude des objets mobiliers (multiplicité des catégories techniques, multiplicité des domaines…). Les dossiers d’inventaire (dossier de présentation de l’ameublement ou de la collection, dossier monographique, dossier d’ensemble et sous-dossiers) : la description analytique (désignation, localisation, description, historique, datation…) ; la documentation (bibliographie, sources, images, représentations graphiques…) et les liens entre les œuvres étudiées. Les ressources méthodologiques spécifiques (les thesaurus et lexiques, les principes d’analyse scientifique, les œuvres déjà étudiées, les catalogues typo-chronologiques..) Quelques exemples d’études d’objets mobiliers : la lunetterie à Morez (Jura), culture et conservation du raisin Chasselas dans les Yvelines (Ile-de-France), la maison de la Champagne (Epernay), les sculptures d’art brut du Jardin de Gabriel (Saintonge), les vitraux de Jean-Pierre Raynaud pour l’abbaye de Noirlac (Berry).

Contextes juridique et opérationnel, valorisations et perspectives de coopérations internationales

6 Dimensions juridiques des inventaires - Vincent NÉGRI, chercheur au CNRS

7 Constituer une équipe opérationnelle : les métiers de l’inventaire général et les collaborations - Roland CHABBERT, Chef du Service chargé de l’inventaire général du patrimoine culturel - Région Midi-Pyrénées Les métiers de l’Inventaire général du patrimoine culturel sont bien souvent des métiers de terrain pour lesquels les spécialités de chacun sont un atout. L’exemple de Midi-Pyrénées tente de montrer la complémentarité des approches sur un même sujet et surtout la tentative de travail en réseau à l’échelle d’un vaste territoire. Les nouvelles technologies, plus particulièrement celles liées à la valorisation sont génératrices de nouveaux métiers, désormais indispensables à l’Inventaire général.

8 Inventaire général du patrimoine : de la connaissance à la valorisation - Elisabeth PASTWA, Directrice du Service chargé de l’inventaire général du patrimoine culturel - Région Franche-Comté, Conservateur en chef du patrimoine - Membre du Conseil National de l’Inventaire Recenser et étudier n’ont de légitimité que par le “ faire connaître ”. La démarche d’inventaire s’accompagne nécessairement d’actions de valorisation : des expositions aux publications, des conférences aux visites virtuelles, les modes de transmission évoluent et se multiplient . Des partenariats sont à rechercher et à bâtir avec l’ensemble des acteurs du patrimoine et du monde culturel et touristique. Quelques exemples pris en Franche –Comté illustrent cette démarche.

9 Un exercice en Chine : le 798 à Pékin - Philippe VERGAIN, chef de la Mission Inventaire général du patrimoine culturel (MIGPC), Direction générale des patrimoines (DGP), Ministère de la culture et de la communication A la demande de la Direction du patrimoine de Chine, une formation a été organisée par l’Institut national du patrimoine (INP) et la direction des patrimoines français. La sensibilisation à la méthode d’Inventaire général a été testé sur un quartier de Pékin (ancien complexe militaro-industriel devenu une Friche). Du repérage à la représentation des édifices et objets étudiés, cet exemple concret permet une première sensibilisation à la méthode en lien avec l’alimentation d’une base de données couplée à un SIG (système d’information géographique).

10 Une expérience originale : l’inventaire des patrimoines culturels liés au fleuve Niger - Jean DAVOIGNEAU, chargé de mission, Mission Inventaire général du patrimoine culturel (MIGPC), Direction générale des patrimoines (DGP), Ministère de la culture et de la communication Cette intervention présente la démarche et les premiers résultats de l’inventaire du patrimoine matériel et immatériel lié au fleuve Niger, réalisé par la Direction du patrimoine culturel du Mali (DNPC) en 2009 et 2010. Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet “ Niger-Loire : Gouvernance et Culture ”, mis en œuvre par l’UNESCO avec le soutien de l’Union Européenne. Il a également bénéficié de l’appui technique du ministère français de la Culture et de la Communication, dans le cadre de la Convention France-UNESCO..

Des exemples d’opérations en France métropolitaine, en Outremer et hors de nos frontières

11 Une ville : le centre ancien de Riom du 13e au 20e siècle - Bénédicte RENAUD, Conservateur du patrimoine, (Service Régional de I ’inventaire -Auvergne) Le centre ancien de la ville de Riom (située en région Auvergne, dans le département du Puy-de-Dôme), avec toutes ses particularités historiques, architecturales et urbaines, sert de prétexte à un exposé sur une méthode dont les grands principes sont à adapter au cas par cas. On essaie de montrer notamment comment d’une approche basée sur l’observation systématique du bâti, à la lecture critique de tout ce qui a été déjà écrit sur la ville, en passant par un dépouillement ciblé des archives, on aboutit à un renouvellement de la connaissance que l’on a du territoire donné. 12 Inventaire et territoires - Marie GLOC, Conservateur du patrimoine, Service patrimoine, Conseil Général de Moselle L’intervention tente de montrer combien l’Inventaire général du patrimoine culturel en France est intrinsèquement lié à la notion de territoire, notamment par le biais de la méthode dite d’inventaire topographique. Inversement, les résultats de l’inventaire du patrimoine peuvent être l’occasion de redéfinir des territoires ou d’affiner leur identité. En prenant différents exemples, on montrera très prosaïquement comment différentes échelles de territoires peuvent être prises en compte selon la nature des enquêtes, ou selon la demande locale.

13 Un parc naturel régional (l’exemple de la Brenne, Région Centre) - Dany CHIAPPERO, Parc naturel de la Brenne Le Parc de la Brenne, connu surtout pour ses milliers d’étangs, n’en est pas moins remarquable par un patrimoine bâti rural souvent modeste,conservé pour une bonne part « dans son jus », comme disent les chercheurs de l’inventaire. Les élus du Parc ont mis en place de nombreuses actions pour mieux le connaître et le voir évoluer en préservant la qualité patrimoniale des bâtiments et l’harmonie des paysages bâtis. Le Parc s’est ainsi engagé avec le soutien du service régional de l’inventaire dans un programme d’inventaire thématique sur l’architecture rurale qui a évolué peu à peu pour intégrer dans sa problématique le croisement avec une approche archéologique du territoire. Cet inventaire croisé, s’articule avec les politiques d’aménagement et de gestion de l’espace du Parc, notamment via un atlas des patrimoines et des opérations de conservation-valorisation.

14 Inventaire participatif de la commune de Awala-Yalimapo, Guyane - Céline FRÉMAUX , Chef du Service chargé de l’inventaire général du patrimoine culturel - Région Guyane Le Service régional de l’Inventaire général du patrimoine culturel en Guyane est engagé dans une opération, originale et inédite sur ce territoire, d’inventaire participatif. Cette opération, dont la phase concrète sera lancée à l’automne 2011, concerne la commune de Awala-Yalimapo, habitée et gérée par ses habitants amérindiens de l’ethnie Kali’na. Le projet scientifique de l’opération, élaboré dans le cadre d’un partenariat région-commune-musée des cultures guyanaises, a fait émerger des problématiques nouvelles pour l’Inventaire tel que l’adaptation des outils et de la méthode au terrain, la formation, le multilinguisme ou encore la prise en compte du patrimoine immatériel.

15 Patrimoines des territoires créoles (trois opérations type) - Christian TRÉZIN, Inspecteur général des patrimoines, collège Inventaire, Direction générale des patrimoines (DGP), Ministère de la culture et de la communication La méthode de l’Inventaire général du patrimoine culturel a été appliquée dans les Régions françaises d’Outre-Mer pour répondre à différents objectifs : diagnostic patrimonial rapide sur l’ensemble du territoire de la Martinique, étude approfondie de la ville de Basse-Terre en Guadeloupe, étude thématique d’une production industrielle en Guyane.

16 La région Nord-Pas-de-Calais, l’inventaire génnéral du patrimoine culturel et la coopération culturelle internationale au Sénégal - Sophie LUCHIER, Service chargé de l’inventaire général du patrimoine culturel - Région Nord-Pas-de-Calais Dans le cadre de la coopération internationale menée par la région Nord-Pas de Calais, le service du Patrimoine culturel est associé au protocole de coopération culturelle et a mené deux missions auprès de la région de Saint-Louis du Sénégal. Cette présentation relate les objectifs et les questions méthodologiques posées lors de la première mission (mai 2009), qui sont mis en œuvre lors de l’expérimentation de la seconde mission (février 2010) dans les communes de Dagana et Podor, situées le long du Fleuve Sénégal dans la région de Saint-Louis.

Des témoignages

La nécessité d’inventorier le patrimoine bâti du Bénin Richard SOGAN, Directeur du patrimoine culturel du Bénin

Les instruments de musique du Burkina Faso Jean-Paul Koudougou, Conservateur du musée de la musique à Ouagadougou (Burkina Faso)

Inventorier les collections relatives à la traite négrière Malick Ndiaye, Conservateur au Sénégal minique JAGER, Lieutenant Colonel, Département de la maîtrise d’ouvrage, de la sécurité et de la sûreté Direction générale des Patrimoines, Ministère de la culture et de la communication

footer Fragment de ête aztèque, terre cuite, Mexique, Musée du Quai Branly  Débat autour de la remise des têtes maories aux autorités néo-zélandaises,  cliché MCCC Tête, art khmer - 11e siècle – grès - volé en 1974 au Musée Guimet à Paris,  cliché MCC Claude MONET, Champ de coquelicot près de Vétheuil (1879-1880), tableau volé en 2008 à Zurich, (Fondation et Collection Emil G. Bührle), MCC Yaoundé. Monastère bénédictin du Mont Fébé. Masque à tête humaine, en bois, H. 43 cm, traces de peinture. Provient de la chefferie de Banso. Travail anonyme. Phot. Inv. M. Pabois © Inventaire général, ADAGP, 2001, MCC

[ Se déconnecter ] | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0