6.2. La lutte contre les biodégradations : insectes et petits animaux

(2012)
0% played





Partie 2

Roch PAYET, Directeur des études, Département des restaurateurs, Institut national du patrimoine (INP) Le terme « gestion des infestations » est issu du vocable anglo-saxon « Pest Management ». Il correspond à une évolution des mentalités, relativement récente. Jusqu’aux dernières décennies, la lutte contre les agents biologiques qui menacent les biens culturels reposait presque exclusivement sur l’emploi de produits toxiques. La relative inefficacité de ces méthodes, ainsi que les risques pour la santé et l’environnement ont conduit les professionnels à se tourner vers une approche plus globale qu’on pourrait qualifier d’écologie de la préservation du patrimoine. Cette communication présente les facteurs de risques biologiques pour les biens culturels, ainsi que les stratégies de prévention et d’intervention d’urgence.

Roch PAYET

cap 2014-12-08 à 11.24.32Roch PAYET est directeur des études du département des restaurateurs de l’Institut national du patrimoine (Inp) depuis décembre 2008. Diplômé de l’Institut Français de Restauration des Œuvres d’Art (IFROA) en 1982, il a développé durant vingt-cinq ans une activité de restaurateur de mobilier pour les musées et les monuments historiques notamment. Sa passion de l’enseignement l’a conduit à développer très tôt une pédagogie adaptée à la formation permanente des personnels de musée. Il est un des premiers restaurateurs du patrimoine à avoir développé une activité d’assistant à maîtrise d’ouvrage et de consultant en conservation préventive, en combinant notamment ses compétences techniques avec les acquis du Master en évaluation des organisations (EVAL) de l’Université de Provence. Spécialisé notamment en gestion des infestations, il a développé des automates de traçabilité pour les traitements anoxiques, en particulier lors du traitement des collections du musée de Grenoble en 2000 et 2001.