Une Stratégie pour le patrimoine culturel en Europe au XXIe siècle : un témoignage

Pierre PAQUET |

Le projet de stratégie pour le patrimoine culturel en Europe au 21ème siècle (Conseil de l’Europe, 2017) contribue à mettre en place une logique d'intervention intégrée pour la politique du patrimoine culturel en Europe, en modifiant l’approche traditionnelle verticale en silo vers une approche horizontale intersectorielle. Cette logique intégrée est le fruit de la Déclaration de Namur (2015) et résulte d’une construction partagée par près de 80 experts issus de quasi tous les pays représentés au sein du Conseil de l’Europe. Cette stratégie entend repositionner les politiques du patrimoine culturel en Europe, en les plaçant au cœur d'une approche intégrée, axée sur la conservation, la protection et la promotion du patrimoine par la société dans son ensemble, afin que tout le monde, - ceux qui participent plus étroitement à la gestion du patrimoine et ceux qui ont une connexion plus éloignée -, puisse l’apprécier et ressentir un sentiment de responsabilité face à ce patrimoine. La présentation témoigne du mécanisme de gestion participative du patrimoine qui constitue un axe fort de cette stratégie et qui est la base de son élaboration, ainsi que son large potentiel, y compris les mécanismes d’évaluation dont chaque acteur, institutionnel, de la société civile ou à titre privé doit désormais pouvoir s’emparer. La Stratégie 21 est un outil puissant qui exprime la passion au service du patrimoine culturel et facilite la mise en place d’initiatives favorables au principe de la gestion inclusive et intégrée du patrimoine.

0% played



Pierre PAQUET

Né en 1959, Pierre Paquet est diplômé en archéologie et en histoire de l’art de l’Université de Liège. Il est aujourd’hui Directeur des Musées de la Ville de Liège. Il a occupé les fonctions de conseiller des Ministres wallons en charge du patrimoine de 1993 à 2000. De 2000 à 2004, il assume la coordination du programme « Politique des grandes villes » pour la Ville de Liège et s’occupe notamment du projet de musée du « Grand Curtius ». A partir de 2004, il devient d’abord directeur de la Direction de la restauration du Département du patrimoine au sein du Service public de Wallonie, puis inspecteur général du Département du Patrimoine Wallon, jusqu’en décembre 2017. Conseiller en développement territorial à la DGO4, il a récemment collaboré au Conseil de l’Europe à Strasbourg pour la gestion patrimoine culturel (promotion de la « stratégie pour le patrimoine en Europe au 21ème siècle »). Depuis 2006, il est professeur à l’Université de Liège pour le cours de « conservation et restauration du Patrimoine culturel immobilier » dispensé aux ingénieurs architectes. Il a obtenu plusieurs prix au cours de sa carrière dont le Prix Larbalette de l’Institut archéologique liégeois, en 1984, pour le mémoire consacré à l’église Saint-Jacques à Liège et le Prix du patrimoine culturel en 1988 au concours organisé par la « Conservation Foundation » patronné par la Ford Motor Company pour le projet d’aménagement du site de l’ancienne abbaye de Stavelot, à la suite des fouilles qu’il a coordonnées sur ce site pour l’Université de Liège. Au niveau européen, il a été président de l’association internationale du réseau européen du patrimoine (Herein aisbl). Il préside le Centre d’art contemporain de La Chataigneraie à Flémalle (Liège). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés au patrimoine culturel, en particulier celui de Wallonie.

Posted in Construction de l’Europe.